1863 ~ 1990

Les Frères de l’Instruction Chrétienne

Au lendemain de la Révolution, vers 1820, deux prêtres bretons, Jean-Marie de La Mennais. et Gabriel Deshayes eurent la même idée ; créer des écoles pour instruire les enfants et les éveiller aux valeurs de l’Evangile. Pour cela Ils regroupent et forment des instituteurs chrétiens qu’ils appellent les Frères de l’Instruction Chrétienne.
C’est l’un deux, le frère Lidoire Masson, qui ouvre l’école Saint-Joseph en 1863, avec quatre autres frères.

Depuis 125 ans l’œuvre n’a cessé de grandir pour répondre aux attentes des familles de Landerneau et de sa région. Il faut en particulier signaler l’ouverture, il y a 100 ans, de la section technique qui connaît un développement considérable depuis une trentaine d’années. Venus d’horizons très divers, des hommes et des femmes poursuivent aujourd’hui l’œuvre lancée il y a 125 ans. Ils souhaitent ouvrir les jeunes aux valeurs qui permettront de relever les défis de leur temps. La solidarité, le respect des droits de l’homme, le sens de la réconciliation sont les fondations nécessaires des projets de cette décennie: l’Europe à construire, la Planète à gérer et aussi la famille, cellule initiale, à bâtir.

 

125 ans d’histoire

La présence des frères de Ploërmel dans la région de Landerneau remonte à 1843.

A cette date, le frère Maxime Le Guillou ouvre une école au manoir de Kerbiriou à Saint-Divy. C’est à partir de cette école que le frère Lidoire Masson ouvre le pensionnat Saint-Joseph à Landerneau en 1863. Il achète, rue Neuve, à M. Terriot, une maison avec cour et jardin. Il ouvre ses classes le premier septembre 1863. Quatre frères lui sont adjoints, pour une centaine d’élèves dont 60 internes.

Pendant de nombreuses années, le problème à résoudre avant tout autre sera celui de l’espace vital. Devant la poussée des effectifs, 165 internes en octobre 1883, un bâtiment de 53 mètres de long est construit entre la cour Saint-Roch et la cour Saint-Joseph: 6 classes au rez-de-chaussée et 90 lits dans le dortoir du premier étage.

Evénement capital dans son histoire, en octobre 1890, l’Institution Saint-Joseph ouvre un cours professionnel. L’atelier, construit dans le jardin, parallèlement au bâtiment 1884, mesure 20 mètres de long sur 5 de large (100 mètres carrés). A l’intérieur s’alignent une vingtaine d’étaux. Pour tout outillage, une forge à soufflet, une perceuse à main.

A l’exposition universelle de 1900 à Paris, l’école Saint-Joseph présente 21 pièces de chaudronnerie, 34 pièces d’ajustage et de forge.

L’école atteint son apogée en 1898-1899 avec 500 élèves dont 242 internes.

1903 Les congrégations sont dissoutes. Les frères n’ont plus le droit d’enseigner. Leurs écoles sont mises en vente. Le 29 octobre 1903 une personne, amie des frères, rachète Saint-Joseph pour la somme de 25 000 €. Pendant plusieurs années, les frères en civil ne pourront plus faire état de leur appartenance à une congrégation religieuse sous peine d’être traduits devant les tribunaux et condamnés.

1914 L’armée réquisitionne une partie des locaux.

Entre les deux guerres, les problèmes financiers liés à la conjoncture internationale limitent les ambitions des différents directeurs. Durant la deuxième guerre mondiale, l’école est réquisitionnée par l’occupant. Les classes sont dispersées aux quatre coins de la ville et en particulier à l’Office central. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale la branche technique de l’institution Saint-Joseph prend un essor rapide.

1947 Déclaration d’un cours professionnel.

1950 Reconnaissance légale de l’Ecole technique privée Saint-Joseph.

1952 Ouverture d’une section menuiserie.

1953 Ouverture de la section d’électricité.

Un programme important de rénovation de l’établissement se met en place à partir de 1949.

Malgré ces constructions, l’établissement se révèle trop petit pour, accueillir, tous les élèves, qui souhaitent s’y inscrire. L’espace vital manque encore. L’Institution ne semble pas pouvoir s’agrandir sur place. L’école primaire quitte la première la rue Belhommet pour s’installer dans les locaux de la Providence en 1965. Les projets de déplacement de l’école technique se multiplient.

Le site de Lavallot est retenu au début des années 70. Puis sortent tour à tour de terre, l’atelier d’électricité, celui de la menuiserie aluminium et le chalet pour l’aumônerie

 

1990 ~ 2007

1988 Ouverture de la section BTS MAI.

1989 Inauguration de l’atelier Mécanique.

De 1989 à 1995 Mise en service des Contrats de Qualification:

1989 BAC PRO EIE (Equipement et Installations Electriques).

1990 BAC PRO Tertiaire (Secrétariat – Comptabilité).

1991 BAC PRO CAB Construction Aménagement Bois.

1995 Ouverture du BAC STT ACC (Action et Communication Commerciale)

2000 Ouverture du BEP VAM (Vente et Action Marchande)

2001 Mise en service du nouveau bâtiment de l’atelier maintenance sur le site de Lavallot et du bâtiment de l’administration.

2003 Mise en service du nouveau bâtiment de la restauration et de l’internat sur le site de Lavallot.

2004 Transfert des classes de Secondes Générales et Technologiques sur le site de St-Sébastien.

2005 Transfert des BAC S – SI et BAC STT sur le lycée St-Sébastien.

2006 Rapprochement des établissements secondaires de Landerneau: Saint-Sébastien et Saint-Joseph.

2007 Ouverture de deux nouvelles sections : BEP Gros Œuvre Bätiment et BEP Finition Peinture.

2008 Ouverture d’un CAP maçonnerie.

2009 Au printemps, création du groupe scolaire « Les 2 rives ».